Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Actu beautéBeautéSoins Visage & Corps

Une épilation au poil

Quelle est la meilleure méthode?

epilation-jambes

Au fil du temps, notre système pileux évolue. Pour le traiter efficacement et éviter certains désagréments, il est indispensable d’utiliser les bonnes techniques. Le point avec nos experts pour se débarrasser des poils.

Notre pilosité peut connaître des modifications plus ou moins importantes, notamment au moment de la ménopause. À certains endroits, la pousse des poils est plus intense, tandis que sur d’autres zones, elle ralentit peu à peu. Nos clés pour maîtriser la question.

C’est la partie la plus difficile à épiler car la peau y est fine, fragile, et cela s’amplifie avec le temps. Pour les sourcils, il est préférable de voir un(e) professionnel (le) de temps en temps pour structurer la ligne des poils. Il suffit ensuite d’entretenir à la pince à épiler et/ou en utilisant de petites bandes de cire. Sur le menton et le dessus des lèvres, la question est plus complexe, comme l’explique Céline Tailhades, responsable recherche et développement chez Acorelle: « Avant la ménopause, les mouvements hormonaux font baisser le taux d’œstrogènes, ce qui a un impact sur la pousse des poils. Généralement, le duvet présent sur le menton et au-dessus des lèvres s’épaissit, il devient dru et plus visible. » Dans ces zones ultrasensibles, le rasoir et la crème dépilatoire sont à proscrire, au risque de stimuler la repousse sur des parties hormonodépendantes. La cire est la méthode idéale. « Privilégiez des cires à la composition douce, telles la cire orientale au sucre ou une formule enrichie naturelement.

Epilation : quelle méthode choisir ?

Epilation : quelle méthode choisir ?
Épilation naturelle à la cire ou technologique à la lumière pulsée ? Quelle épilation est faite pour moi ? Notre dermatologue Ludovic Rousseau répond à vos questions.

Les techniques naturelles d’épilation (pince, cire, orientale, fil…) ne détruisent pas le bulbe dans lequel le poil est fabriqué, mais elles permettent seulement d’arracher le poil de la peau. Le poil repousse après l’épilation. Les épilations naturelles ne sont donc pas des épilations définitives.

1. Epilation a la pince ou au fil

Elle consiste simplement à arracher les poils par petites quantités ou à l’unité avec une pince ou un fil. Elle permet donc de sélectionner quel(s) poil(s) on souhaite arracher, mais elle est longue et fastidieuse.

Surtout utilisée pour le visage, l’épilation au fil est une méthode consistant à faire un nœud avec un petit fil et à tirer des deux cotés afin d’emprisonner des poils et de les arracher. Fastidieuse, elle est le plus souvent réalisée par des personnes entraînées

2. Epilation orientale

Il s’agit d’une technique ancestrale, consistant à fabriquer une sorte de caramel au moyen de sucre, d’eau et de jus de citron : on fait chauffer du sucre en morceaux (trois poignées de sucre pour un demi-verre d’eau) jusqu’à obtention d’un caramel brun. Ensuite, on y ajoute quelques gouttes de jus de citron et on plonge la préparation dans l’eau froide. On forme une boule de préparation qu’on applique sur la zone à épiler en l’étalant et on la tire brutalement pour arracher les poils englués.

3. Epilation à la cire

Il s’agit d’une technique dérivée de l’épilation orientale, qui consiste elle aussi à engluer les poils dans de la cire froide ou chaude et à la tirer rapidement pour extraire les poils de leur bulbe.

  • La cire froide est généralement utilisée lorsqu’on n’a pas accès aux autres cires (vacances, déplacements…) car elle est souvent poisseuse et laisse des dépôts de cire sur la peau. Elle nécessite généralement plusieurs passages au même endroit pour être efficace.
  • La cire chaude ne nécessite généralement qu’un seul passage car son effet réchauffant
  1. détend la peau
  2. ramollit les poils
  3. dilate les follicules pileux, ce qui facilite l’extraction du poil.

On trouve sur le marché la cire en pot et en roll-on. Les roll-on sont souvent plus onéreux mais ils permettent de mieux maîtriser la température de la cire que les pots et font des bandes de cire plus fines donc plus faciles à arracher.

4. Epilation à la pierre ponce

Cette méthode ancienne s’applique principalement aux jambes et aux cuisses. Elle consiste à frotter très doucement la zone avec une pierre ponce lisse en faisant de petits mouvements circulaires afin de « râper » les poils (dans ce cas, on ne peut plus parler d’épilation), voire de les déloger de leur bulbe. L’avantage est l’obtention d’une exfoliation de la peau (la peau devient plus douce) mais il est aussi possible d’observer des irritations cutanées si le frottement est trop énergique…

Epilation : quelle méthode choisir ? Lorsqu’on arrache un poil de son bulbe, on risque d’y faire pénétrer des bactéries, pouvant engendrer une infection du poil (folliculite), mais également de contrarier le poil dans sa pousse. Un poil pousse le plus souvent obliquement par rapport à la peau : les poils des jambes poussent ainsi vers le bas. Le poil peut alors s’incarner.

– Pour limiter le risque de folliculite, il faut laver la peau à l’eau et au savon avant la séance, idéalement avec un gant éponge à rebrousse-poil afin de décoller les poils de la peau, mais aussi après la séance. En cas d’utilisation d’un instrument (pince, fil…), il faut bien le désinfecter avant l’épilation avec un antiseptique doux type chlorhexhidine gluconate (hexhidine acqueuse, Baseal, Biorgaspet, Diaseptyl…)

– Il est recommandé pour éviter les poils incarnés de ne pas arracher les poils à « rebrousse-poil ». Les poils poussent obliquement à la peau et il convient de les arracher dans le sens de leur pousse. En cas d’utilisation de cire ou de préparation orientale, il faut  ainsi appliquer le produit dans le sens inverse de la pousse et l’arracher dans le sens de la pousse (exemple : vers le bas sur les jambes).

Epilation : quelle méthode choisir ? De nombreuses techniques ont été mises au point pour faciliter la vie des personnes souhaitant s’épiler. Certaines d’entre elles permettent même de détruire le bulbe dans lequel le poil est fabriqué, on parle alors de destruction définitive du poil.

1. Epilateur électrique

L’épilateur électrique est un petit appareil le plus souvent de la taille d’un rasoir, qui arrache les poils sur son passage. Cette technique expose cependant au risque de folliculite si l’appareil et la peau ne sont pas bien désinfectés, et aux poils incarnés si l’arrachage du poil n’est pas effectué dans le sens de la pousse des poils.

2. Epilation électrique

L’épilation électrique est pratiquée par le dermatologue au cabinet. Elle consiste à faire pénétrer une très fine aiguille dans le canal infundibulaire qui contient le poil, jusqu’au bulbe et à détruire la racine du poil au moyen d’un courant électrique. Cette technique est fastidieuse et douloureuse.

3. Epilation laser

Le laser est un appareil émettant un faisceau de photons ayant une seule longueur d’onde (monochromatique). C’est la longueur d’onde absorbée par le pigment du poil, la mélanine, ce qui a pour effet de chauffer le poil et de le détruire (on parle de photothermolyse sélective)1,2. Le laser épilation fonctionne donc surtout sur les poils foncés et en phase de pousse, contenant beaucoup de mélanine. Environ 20% du total des poils sont en phase de pousse. Il en découle deux conséquences pratiques :

  • Il est nécessaire d’effectuer plusieurs séances au même endroit (en général 5 à 8 séances) avant d’obtenir une épilation de  la majorité des poils de la zone
  • Et il faut espacer les séances de 3 à 8 semaines afin d’obtenir un nouveau contingent de poils en phase de pousse.

Il s’agit d’un acte médical qui doit être pratiqué par un médecin uniquement, entraîné à cette technique.

Le risque principal de l’épilation laser est la brûlure cutanée. Cette dernière a deux origines majeures :

  • l’épilation d’une zone riche en pigment (c’est le cas de la peau du sexe pour l’épilation du maillot par exemple) ou bronzée : le faisceau laser étant absorbé par la mélanine présente en grande quantité dans ces cas, la peau absorbe alors le faisceau, la mélanine est détruite et il en résulte une tache claire, le plus souvent régressive avec des soins locaux. Il ne faut donc jamais faire de séance d’épilation lorsqu’on a la peau bronzée. De même, il est recommandé de ne pas s’exposer pendant environ 2-3 semaines après la séance, tant que persistent des rougeurs, pour éviter les taches brunes.
  • l’utilisation de fluences élevées lors des dernières séances pour tenter de détruire les follicules terminaux

4. Epilation à la lumière pulsée (Intense Pulsed Light ou I.P.L.)

L’IPL délivre des photons de plusieurs longueurs d’onde (faisceau polychromatique) sur lequel on applique un filtre pour ne laisser passer que les photons ayant la longueur d’onde absorbée par la mélanine.

L’IPL est donc un peu moins spécifique au poil que le laser mais il agit de la même manière et comporte sensiblement les mêmes risques. Il est aussi souvent moins onéreux.

 

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page