Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
ActuNews actu

Dans une ville irakienne, l’Unesco fait sonner des cloches de Normandie

Faire revivre l’esprit de Mossoul

Première école de filles en Irak, première école d'institutrices, le couvent de Notre-Dame de L'Heure a été construit par des frères dominicains au milieu du XIXe siècle (Photo, AFP).
Première école de filles en Irak, première école d’institutrices, le couvent de Notre-Dame de L’Heure a été construit par des frères dominicains au milieu du XIXe siècle (Photo, AFP).
  • Plusieurs chantiers sont en cours pour réhabiliter des églises, la mosquée al-Nouri et son minaret penché vieux de 850 ans
  • La directrice générale de l’Unesco s’est rendue mardi à Mossoul, où elle a rencontré des ingénieurs sur les chantiers pour suivre l’avancée des travaux

MOSSOUL: Trois cloches fondues en Normandie ont sonné mardi, en présence de la directrice générale de l’Unesco, à Mossoul, métropole du nord de l’Irak où des joyaux du patrimoine sont reconstruits après les exactions du groupe djihadiste Etat islamique (EI).

Avec l’Unesco et son initiative « Faire revivre l’esprit de Mossoul », plusieurs chantiers sont en cours pour réhabiliter des églises, la mosquée al-Nouri et son minaret penché vieux de 850 ans ainsi qu’une centaine de maisons de la Vieille ville.

À l’occasion de sa première visite en Irak, la directrice générale de l’Unesco Audrey Azoulay s’est rendue mardi à Mossoul, où elle a rencontré des ingénieurs sur les chantiers pour suivre l’avancée des travaux, a constaté un correspondant de l’AFP.

Au couvent Notre-Dame de l’Heure, sur le toit de l’église reconstruite avec de la « pierre magnifique, dorée un peu comme du pain » comme s’extasie le père dominicain Olivier Poquillon, l’assistance a entendu sonner les trois cloches fraîchement débarquées de France et montées dans leur campanile.

« C’est un symbole du retour à la paix, un lien avec l’Histoire, mais aussi un symbole d’espoir pour l’avenir », a indiqué Mme Azoulay, remerciant la fondation ALIPH et les Emirats arabes unis pour le financement des restaurations à Mossoul.

Les cloches originelles venaient aussi de France, offertes au XIXème siècle par l’impératrice Eugénie.

Les trois nouvelles, faites en bronze, qui portent les noms des trois archanges, Gabriel, Michel et Raphaël et pèsent de 110 à 270 kg, ont été fondues à Villedieu-les-Poêles, en Normandie. La même fonderie qui prépare les cloches de Notre-Dame de Paris, a souligné Mme Azoulay.

«Coexistence»

Première école de filles en Irak, première école d’institutrices, le couvent de Notre-Dame de L’Heure a été construit par des frères dominicains au milieu du XIXe siècle.

« Nous sommes sur un lieu de religion, de culture, de coexistence, d’éducation, donc c’est vraiment un lieu très symbolique dont nous avons voulu soutenir la réhabilitation », a salué Mme Azoulay.

Comme toute la ville de Mossoul, le site a souffert des exactions de l’EI, qui avait fait de cette ville sa « capitale » en Irak en 2014, avant que les autorités n’en chassent les djihadistes et proclament leur victoire en 2017.

L’arrivée de l’EI avait poussé des dizaines de milliers de chrétiens à fuir Mossoul et la province de Ninive, jadis hauts lieux du christianisme.

Forte de plus de 1,5 million de personnes en 2003 avant l’invasion américaine, la communauté chrétienne du pays s’est réduite à quelque 400 000 âmes, beaucoup ayant fui les violences qui ont ensanglanté le pays.

« On voit la vie revenir dans le quartier », confiait fin février le père Olivier Poquillon. Alors que les travaux se poursuivent dans l’église, il espère que les cloches retrouveront « une fonction de dialogue ».

« En alternance, on entend dans la Vieille ville (…) à la fois l’appel à la prière du muezzin et l’appel à la prière des cloches ».

Faire revivre l’esprit de Mossoul

La ville de Mossoul, dont le nom signifie « le point de liaison » en arabe, est l’une des plus anciennes villes du monde. Depuis des millénaires, elle jouit d’une position stratégique grâce à son carrefour et son pont reliant le nord au sud, et l’est à l’ouest. Elle a ainsi accueilli un grand nombre de personnes aux origines, ethnies et croyances religieuses différentes, toutefois, sa localisation en a fait une cible pour ISIS/Daesh. L’année 2014 a marqué le début d’une occupation de trois ans (2014-2017), dont les conséquences ont été dévastatrices. Il aura fallu attendre le terme de ces trois années avant que les chaînes de l’extrémisme violent puissent être brisées. Mossoul a été ravagée et laissée en ruines : ses sites patrimoniaux réduits à l’état de décombres, ses monuments religieux et antiquités culturelles endommagés, et des milliers de ses habitants déplacés, traumatisés, nécessitant une aide humanitaire massive.

The Old City of Mosul, a symbol of tolerance and co-existence

C’est pourquoi, en février 2018, la Directrice générale de l’UNESCO, Audrey Azoulay, a lancé l’initiative phare « Faire revivre l’esprit de Mossoul », une réponse de l’Organisation afin de soutenir la reconstruction de l’une des villes emblématiques d’Iraq. Faire revivre Mossoul, ne consiste pas seulement à réédifier des sites patrimoniaux, mais également à donner à la population les moyens de devenir des acteurs du changement prenant part au processus de reconstruction de leur ville à travers la culture et l’éducation.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page