Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
News actu

France/Royaume-Uni : une réunion au sommet pour panser les plaies du Brexit

Rishi Sunak a été accueilli par Emmanuel Macron ce matin à l'ElyséeRishi Sunak a été accueilli par Emmanuel Macron ce matin à l’Elysée – Crédits : Simon Walker / No 10 Downing Street / Flickr

Entre « nouvelle Entente cordiale » [La Croix], « concorde sensible » [Libération] et « show d’unité » [Politico]. La rencontre bilatérale entre Emmanuel Macron et Rishi Sunak aujourd’hui à Paris « est placée sous le signe d’une relation renouée et constructive, après des années de brouille liée à la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne« , selon Libération.

Ce sommet franco-britannique est axé sur « le renforcement de la lutte contre l’immigration clandestine, sujet sensible outre-Manche, et la coopération sur la défense et l’aide militaire à l’Ukraine« , résume Le Monde.

Migrations…

Au Royaume-Uni, la presse s’intéresse particulièrement aux questions migratoires. « Le Premier ministre devrait profiter des discussions avec M. Macron pour pousser la France à ‘aller plus loin’ dans ses efforts conjoints pour empêcher les migrants de traverser la Manche à bord de petites embarcations » [The Telegraph]. De son côté, « le gouvernement français préférerait un accord entre le Royaume-Uni et l’Union européenne, ce qui contrarie les diplomates britanniques qui souhaiteraient une action plus rapide » [BBC].

La rencontre intervient quelques jours après la présentation par le gouvernement outre-Manche « d’un projet de loi controversé » : visant à « restreindre drastiquement le droit d’asile, [il a été] vivement dénoncé par l’ONU » [Le Monde]. Il permettrait au Royaume-Uni de « refuser à toute personne arrivée sur les côtes du Kent en bateau pneumatique le droit d’y demander l’asile« , puis de la renvoyer automatiquement vers un pays tiers jugé sûr, comme le Rwanda, rappelle Le Monde. « La commissaire européenne aux Affaires intérieures, Ylva Johansson, a déclaré […] mardi qu’elle pensait que ce plan violait le droit international » [Politico].

« Une option plus simple consisterait à renvoyer certains arrivants en France ou dans d’autres pays de l’UE« , estime pour sa part The Guardian. « La Grande-Bretagne n’a pas expulsé un seul migrant de la Manche vers la France dans le cadre de sa politique de retour post-Brexit, bien que la grande majorité des 80 000 migrants qui ont atteint le Royaume-Uni soient partis du nord de la France« , insiste The Telegraph. « On s’attend à ce que [les deux pays] se mettent d’accord sur de nouvelles mesures à petite échelle pour s’attaquer au problème, en s’appuyant sur un accord bilatéral conclu en novembre » [BBC].

… et défense

Autre sujet « au centre de l’agenda » ce vendredi : la sécurité, estiment Les Echos. « La trahison d’Aukus inspirée par Boris Johnson pour couler le contrat des sous-marins entre la France et l’Australie en septembre 2021 [avait distendu] les liens entre la France et le Royaume-Uni« , rappelle Le Figaro. Mais l’invasion russe en Ukraine, « et surtout la certitude que la guerre et l’instabilité se sont installées pour longtemps à l’est de l’Europe, […] sont venues rebattre les cartes » de la relation franco-britannique, poursuit le journal.

« MM. Sunak et Macron devraient […] renforcer leur coordination sur la fourniture d’armes à l’Ukraine par les Britanniques et les Français, ainsi que sur l’entraînement conjoint des forces ukrainiennes » [The Independent]. « La coopération […] pourrait également concerner l’Afrique, où [le groupe russe] Wagner gagne du terrain et l’Indo-Pacifique, où la Chine impérialiste s’affirme de plus en plus » [Le Figaro].

Une « bromance » imparfaite

Dès lors, « une nouvelle bromance est-elle sur le point d’éclore ?« , s’interroge The Spectator« [Emmanuel] Macron et [Rishi] Sunak partagent de nombreuses similitudes« , souligne The Guardian, citant tour à tour leur relative jeunesse, leur milieu social ainsi que leur sensibilité de « centre-droit« .

Les autorités britanniques « sont peut-être ‘plus enthousiastes’ » qu’auparavant, confie de son côté un diplomate français auprès de Politico, « parce qu’elles cherchent toujours à compenser ‘l’erreur stratégique qu’est le Brexit’« . Rishi Sunak « agit [en effet] dans un contexte où le Brexit n’a pas eu les effets positifs escomptés » [La Croix]. Résultat : « Londres doit de nouveau se tourner vers l’Europe« , analyse le quotidien.

Or si régler la question migratoire reste une priorité pour le Royaume-Uni, « les Français ne peuvent pas faire grand-chose » en la matière, estime Charles Grant, directeur du Centre pour la réforme européenne dans un autre article de Politico. De son côté, Paris souhaite plutôt « renforcer la coopération en matière de sécurité et de défense à long terme » : « il y a donc une certaine incompatibilité entre les souhaits des deux parties« , poursuit le chercheur.

« En résumé, il y aura une certaine chaleur dans la Ville Lumière » aujourd’hui, « mais la confiance n’est pas encore totalement rétablie« , conclut The Economist, cité par Courrier international.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page