Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
BeautéSoins Visage & Corps

Dans la Magie de la Jeunesse

Les injections de botox au niveau du front empêchent de transmettre des émotions

Injection botox front

Maquillage, coiffure, soins pour le visage, soins pour le corps, la rubrique beauté de Lucire vous informe de toutes les nouveautés du monde de la beauté. Découvrez nos tuto make up, nos conseils coiffures et astuces beauté pour vous sublimer au quotidien. La rédaction de Lucire vous guide pas à pas dans le choix de vos marques de cosmétiques. Composez votre routine soin et beauté n’aura jamais été aussi facile qu’en suivant les conseils de nos spécialistes. Lucire vous aide à être encore plus belle !

https://file1.topsante.com/var/topsante/storage/images/1/3/1/7/1317504/botox.jpg?alias=exact540x405_l&size=x100&format=jpeg

La toxine botulique, plus couramment appelée Botox, est utilisée en cosmétique pour atténuer les rides. Mais en provoquant le relachement des muscles du front, le Botox pourrait aussi altérer l’activité cérébrale liée aux émotions, souligne une étude publiée le 27 février 2023 dans la revue Nature.
Injection Botox Xeomin | Traitement des rides dynamiques

Au même titre que la chirurgie esthétique, les actes de médecine esthétique ne sont pas sans risques. Une nouvelle étude publiée le 27 février 2023 dans la revue Nature pointe du doigt une « modulation de l’activité de l’amygdale chez les personnes ayant reçu des injections de Botox au niveau du front. » Des modulations qui touchent la partie du cerveau en charge des émotions et des réactions comportementales.

Des difficultés à décoder les expressions faciales

Cette étude, menée par les scientifiques de l’Université de Californie (Etats-Unis) et les chercheurs de l’entreprise de recherche pharmaceutique AbbVie s’est penchée sur « l’hypothèse de rétroaction faciale », une théorie selon laquelle les humains contracteraient inconsciemment certains muscles de leur visage pour simuler les expressions faciales de leurs interlocuteurs.

Botox rides

Le tout dans le but de mieux les comprendre. Mais comment faire lorsque le visage ne peut pas réagir ? Les injection de Botox provoquent le relâchement des muscles, en empêchant la transmission du signal nerveux à l’origine de la contraction musculaire. Ce qui empêche ce mimétisme.

Dans le cadre de cette enquête, dix femmes, âgées de 33 à 40 ans, se sont portées volontaire pour subir une injection de Botox au niveau du front, dans le but d’induire une paralysie temporaire de la glabelle, zone située entre les deux sourcils dont le muscle est responsable du froncement de sourcils. L’activité cérébrale des volontaires a été observée avant l’injection, ainsi que deux semaines après grâce à des IRM fonctionnels (IRMf), durant lesquelles elles devaient visionner des visages de personnes énervées ou heureuses.

Injection de Botox à Paris, Neuilly 92 : avant / après injection de Botox,  ride du lion |

Le Botox est devenu le geste esthétique du visage le plus pratiqué au monde. Voici un point complet sur la technique. Histoire de tout savoir avant de se lancer… ou pas.

Le Botox, qu’est-ce que c’est ? Comment ça marche ?

injection de toxine botullique - botox au visage - Dr Kevin Haddad Paris

Comme son nom l’indique, le Botox est un dérivé de la toxine botulique A, produite par la bactérie à l’origine du botulisme. Cette forme d’intoxication alimentaire conduit généralement à la mort par asphyxie, les muscles respiratoires étant paralysés par la toxine. Aussi, en médecine esthétique, une injection de Botox fonctionne sur le même principe au détail près qu’elle ne contient évidemment aucune bactérie.

Concrètement, le Botox va agir sur les nerfs qui contrôlent les muscles, notamment ceux du visage, ce qui va les empêcher de se contracter. Temporairement, le visage apparaît plus lisse. Quand l’effet disparaît, au bout de quatre ou cinq mois en esthétique, la toxine botulique est détruite par l’organisme.

Pour des raisons médicales, elle est utilisée à des doses quatre fois supérieures au moins en hôpital, en neurologie ou en ophtalmologie. En stomatologie, elle est même prise en charge par la Sécurité Sociale pour soulager le bruxisme. Enfin, elle est utilisée dans les aisselles, injectée au début du printemps pour freiner la transpiration pendant 6 à 7 mois jusqu’au début de l’hiver.

  • La ride du lion, qui peut donner un air sévère.
  • Au niveau périorbitaire pour ouvrir l’œil et discipliner la patte d’oie.
  • Les rides du front, à condition de piquer très haut et d’avoir la main légère, surtout après 45 ans, pour ne pas alourdir le regard.

On peut aussi traiter d’autres zones comme la pointe du menton et les muscles assez puissants de chaque côté de la bouche afin de corriger de façon préventive et curative le sillon nasogénien qui abaisse les coins du sourire.

Quelles sont les contre-indications ?

Il faut s’abstenir si l’on est enceinte ou si l’on souffre de Myasthénie, une maladie auto-immune rare et chronique de la jonction neuro-musculaire.

Existe-t-il des effets secondaires ?

On peut souffrir d’une migraine bénigne le soir de la première ou de la deuxième injection. Le plus grand risque est cependant psychologique : ne pas savoir s’arrêter, multiplier les gestes jusqu’à ne plus se reconnaître. En psychiatrie, ce syndrome a même un nom : la dysmorphohobie ou l’obsession pour un ou plusieurs « défauts » physiques imaginaires.

Le Botox, à quel âge ?

Ces dernières années, les médecins constatent un net -et inquiétant- rajeunissement de la clientèle, sûrement influencée par Instagram et ses filtres qui font la peau extraordinairement lisse. Certaines démarrent à 25 ans, si la ride du lion commence à se marquer, pour enrayer la cassure de la peau. D’autres entre 28 et 35 ans, pour estomper les rides dynamiques de contraction. Mais est-ce bien nécessaire ?

Comment se passe la première séance ?

Il faut choisir un dermatologue esthétique de haute volée qui saura démarrer par une faible dose, quitte à proposer une séance de retouche quinze jours plus tard, quand le produit aura agit. Cela va vous permettre de vous habituer à l’idée et le praticien pourra adapter la dose, si besoin, pour un effet sur mesure. Attention, un résultat trop figé ne peut être corrigé, il faut patienter au moins trois ou quatre mois pour qu’il disparaisse.

En pratique, les aiguilles sont très fines et les injections quasi indolores. Le rendez-vous ne dure qu’une vingtaine de minutes. On peut reprendre aussitôt ses activités habituelles, sans être marquée. En cas de bleus, il est conseillé d’appliquer quelques gouttes d’huile essentielles d’Hélychrise (en pharmacie), souvent utilisée par les boxeurs, pour les atténuer.

Seules recommandations formelles dans les heures qui suivent : ne pas masser les points d’injection -surtout en ce qui concerne la ride du lion-, ne pas faire de sport intensif, ne pas porter de casque de moto.

Combien de temps durent les résultats ?

Vous ne verrez rien en sortant, il faut être un peu patiente. Azzalure (laboratoire Galderma), le plus puissant, se fixe en 7 à 10 jours. Bocouture (laboratoire Merz) et Vistabel (laboratoire Allergan), 15 jours. Ensuite les effets perdurent entre 4 à 5 mois pour les gens hyper toniques et jusqu’à six pour les individus plus stoïques.

Quant à l’accoutumance à une molécule qui, à la longue, ne ferait plus effet, elle existe mais elle est faible condition de respecter un délai minimum de 3 mois entre deux injections. Si c’est le cas, on conseillera d’alterner avec une autre molécule / marque pendant un an et demi environ.

Pratiquées depuis 15 ans aux États-Unis et 13 ans en France, les injections de Botox, ou toxine botulique, visent à réduire les rides d’expression, surtout sur la partie haute du visage. Le savoir-faire du médecin reste impératif pour obtenir un résultat qui ne fige pas. Le Docteur Hervé Brunet, dermatologue esthétique, répond à toutes les questions que l’on peut se poser avant de franchir le pas.

Le résultat est sans appel : « Nous avons constaté une modulation de l’activité dans l’amygdale », précisent les chercheurs. « Il a été démontré que les injections de Botox dans la région glabellaire modulent l’activité de l’amygdale en réponse à l’imitation d’expressions émotionnelles. » Ce qui rendrait donc les expressions plus difficiles à décoder pour les concernés.

Qu’est-ce que le « French Botox » ?

Généralement en quête d’un résultat naturel, les Françaises se maquillent assez peu. Aussi, elles veulent un résultat souple et subtil, surtout à partir de la quarantaine, et rejettent absolument l’idée du front ultra figé de nombreuses actrices américaines. Aussi, le « French Botox » consiste en l’injection de micro-doses très précises. « Après 45 ans, on allège la dose pour que le résultat reste harmonieux avec le reste du visage, en insistant moins sur les rides du front et en se concentrant davantage sur la ride du lion et les pattes d’oie », détaille le Docteur Hervé Brunet.

À qui s’adresser ?

Cabinet dermatologique ou spécialiste de la médecine esthétique, dans les deux cas, privilégiez avant tout le bouche à oreilles et la qualité d’écoute du praticien avant de vous lancer !

L’impact du Botox sur le cerveau, au coeur de la Recherche

Ce n’est pas la première fois que des études se penchent sur l’impact du Botox sur le fonctionnement du cerveau. Les scientifiques rappellent dans Nature que « ces résultats soutiennent un nombre croissant de recherches suggérant que la fonction motrice périphérique est intrinsèque à la perception de l’émotion et peut avoir des impacts plus larges sur le traitement cognitif. »

En janvier 2020, une étude publiée par le journal International Clinical Psychopharmacology précisait déjà que les injections de Botox au niveau des muscles glabellaires pouvaient atténuer les symptômes des troubles dépressifs majeurs.

« Ce changement net de l’expression faciale peut réduire l’expérience interne des émotions négatives et favoriser les émotions positives », concluent les chercheurs de l’Université de Californie.

Articles similaires

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page